Retourner au contenu.

Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Educmath Recherche Équipes associées 2018-2019 Le chiffroscope Règle et déroulement du jeu du Chiffroscope tangible
Actions sur le document

Règle et déroulement du jeu du Chiffroscope tangible

Dernière modification 21/01/2019 15:52

Règle du jeu

Le jeu du Chiffroscope se joue à 2 de manière collaborative. Le but est d’écrire ensemble le nombre représenté par l’ensemble des cartes nombres et des cartes unités de numération déposées sur le plateau-tableau.
Les élèves peuvent/doivent écrire sur une ardoise ou autre feuille tout ce qui leur est nécessaire pour écrire le nombre. Notamment, les conversions entre unités de numération.
La durée moyenne d’une partie varie de 5 à 15 minutes.
Le jeu se déroule en 3 étapes :
• Tirage des unités de numération par un élève et de leur valeur par l’autre élève. Placement des cartes sur le tableau au fur et à mesure.
• Organisation du contenu de chaque unité de numération.
• Ecriture par les deux joueurs du nombre représenté par l’ensemble des cartes nombres et unités de numération déposées sur le plateau-tableau.

 

Déroulement du jeu

L’enseignant choisit un domaine numérique selon le niveau de classe, les besoins des élèves et ses objectifs. Ce choix correspond à une sélection de cartes nombres et de cartes unités de numération. L’enseignant peut toujours effectuer une seconde sélection parmi le jeu de cartes choisi. Par exemple, pour des élèves de CP, il peut retirer les cartes unités de numération « centaines » de la sélection UN1.
Une seule feuille plateau-tableau de numération A3 est disposée sur la table. Les autres exemplaires sont sur le côté. Ce sont les élèves qui devront définir leurs besoins d’unités de numération et du nombre de colonnes correspondant en fonction du tirage et de ce qu’ils en déduisent.

Déroulement d’une partie du Chiffoscope


1. L’un des 2 joueurs tire au hasard une carte unité de numération. Il la place en haut de l’une des colonnes du tableau.
2. L’autre joueur tire au hasard une carte nombre et la place dans la colonne de l’unité tirée.
3. Le 1er joueur tire une nouvelle carte unité de numération. Il la place en haut de l’une des colonnes du tableau en fonction de l’emplacement de la 1ère unité de numération tirée. Au besoin, il peut agrandir le tableau en collant une autre feuille A3.
4. Le 2e joueur tire une nouvelle carte nombre et la place dans la colonne de l’unité tirée précédemment.
5. On peut procéder ainsi de 3 à 5 tirages de chaque type de cartes (cartes nombres et cartes unités de numération) par partie.
6. Le tirage étant terminé, les joueurs doivent ensemble organiser les unités de numération pour les aider à écrire le nombre.

image


7. Quand ils sont prêts, les joueurs, ensemble, écrivent le nombre représenté par l’ensemble des cartes déposées sur le tableau de numération.
8. La validation sera apportée par un autre groupe de joueurs et/ou l’enseignant.

Mise en commun après plusieurs parties

Lorsque tous les élèves ont joué au moins une partie, il est important d’amener les élèves à s’interroger sur ce qu’ils ont vécu dans le jeu et de recueillir leurs interrogations et de susciter les échanges entre eux. Ce sont ces retours sur les situations de jeu qui contribuent à la compréhension et construction de l’apprentissage.
Pour cela, l’enseignant peut s’appuyer sur les descriptions et explicitations des élèves, des photos de plateau-tableau de numération prises durant les parties de jeu et présentant des configurations intéressantes à faire analyser par les élèves. Ou les situations configurées en annexe 2.
Il peut aussi créer lui-même une ou plusieurs configurations imaginées pour montrer un aspect particulier qu’il souhaite travailler. Ces configurations peuvent être projetées.

Sur quoi ces mises en commun peuvent-elles porter ?

Le contenu et son ordre seront à déterminer en fonction des priorités apparues au cours des parties de jeu.

  • La connaissance de l’ordre des unités de numération
  • Les caractéristiques du tableau non figé et du jeu Chiffroscope :
      • Un nombre de colonnes plus grand que celui strictement nécessaire,
      • Les unités de numération à des emplacements fluctuants, non fixes d’une partie à l’autre,
      • Les unités simples pas toujours à la dernière colonne de droite,
      • Un tableau ouvert à gauche comme à droite, suggérant la présence d’autres unités plus petites ou plus grandes,
      • Des unités de numération absentes du tirage, intercalées entre d’autres unités nommées, nécessaires à l’écriture du nombre à la fin, avec la présence d’un zéro ou le résultat d’une conversion avec l’unité adjacente plus petite,
      • Des unités de numération absentes du tirage, potentiellement situées en dehors du tableau de numération ‘’papier’’ et nécessaires à l’écriture du nombre à la fin à l’aide d’un zéro,
      • Des colonnes avec plusieurs (cartes) nombres à 1 chiffre,
      • Des colonnes avec plusieurs (cartes) nombres à 2 chiffres,
  • Des questions :
      • Que faire quand plusieurs cartes occupent une même colonne (c’est-à-dire qu’elles désignent une même unité de numération)
      • Comment traiter le cas où un nombre à 2 chiffres est placé dans une colonne,
      • Que faire des colonnes sans dénomination explicite par le tirage ? Celles intercalées entre 2 colonnes nommées. Et celles situées à gauche du tableau, à droite du tableau ? Sont-elles nécessaires pour écrire le nombre ? Comment le savoir ?
  • Les stratégies utilisées pour résoudre le problème donné :
  • le retour à l’unité (stratégie correcte mais très (trop) liée aux nombres entiers),
  • les conversions entre unités de numération (1um= 1 000u mais aussi 10c, 100d),
  • les zéros à ne pas oublier si nécessaires,
  • Distinguer les écritures dans le tableau et celle du nombre en dehors du tableau obéissant à des règles différentes :
  • Un chiffre par colonne ? La question de chiffre de … et nombre de … peut être évoquée ici. On peut remettre en cause la ‘’règle’’ ou plutôt l’habitude de ne pas accepter un nombre à 2 chiffres par colonne. Placer 1 chiffre par colonne reproduit la règle de l’écriture du nombre hors du tableau dans lequel chaque chiffre représente une unité et une seule selon sa position car aucun autre élément ne permettrait de le savoir. Il faut y parvenir mais après une phase de conversions entre unités adjacentes,
  • Juxtaposition des cartes ?
  • Addition des cartes ? Pour quelle raison ?

 

 

notice lgale contacter le webmaster