Retourner au contenu.

Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Educmath Manifestations Propositions de formation Archives Ecole d'été de didactique des mathématiques 2009
Actions sur le document

Ecole d'été de didactique des mathématiques

Dernière modification 05/10/2009 22:24 expiré

Du 16 au 23 août 2009 à Clermont-Ferrand

logoardm.jpgSite :  ARDM

 

Comité scientifique et d'organisation

Responsable :
Claire Margolinas, Maître de Conférences (HDR), IUFM d'Auvergne, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, Laboratoire PAEDI

Responsable de l'organisation :
Fabrice Vandebrouck, Université Paris 7, Equipe DIDIREM

Le comité :
Maha Abboud-Blanchard, IUFM du Nord Pas de Calais, Equipe DIDIREM
Laetitia Bueno-Ravel, IUFM de Bretagne - UBO, CREAD
Nadia Douek, IUFM de Nice, UMR ADEF
Annick Flückiger, Université de Genève, Suisse, FPSE
Patrick Gibel, IUFM d'Aquitaine, Equipe LaCES, Université Bordeaux 2
Floriane Wozniak, IUFM de Lyon, LEPS

 

Présentation

L'école d’été de didactique des mathématiques est organisée tous les deux ans à l’initiative de l'Association pour la Recherche en Didactique des Mathématiques (ARDM).
L'école d’été propose un enseignement de haut niveau en didactique des mathématiques axé sur la recherche. Elle permet aux participants de travailler à partir d'avancées récentes et significatives dans le domaine de la didactique des mathématiques et organise des échanges avec des équipes qui y ont contribué. Elle est donc un lieu de confrontations et de débats scientifiques, un lieu de formation des chercheurs et des formateurs d’enseignants.

Public concerné

L'Ecole d'Eté est d'abord destinée aux chercheurs en didactique des mathématiques pour lesquels elle constitue un outil de travail. Elle contribue de façon importante à l'ouverture de nouveaux terrains ou de nouvelles questions de recherche. Elle souhaite s'ouvrir largement à des chercheurs étrangers, soit participants exposant des communications sous forme de séminaires, soit chercheurs invités dans un thème.
L'ouverture à des chercheurs venant de domaines de recherches connexes – sciences de l'éducation, ergonomie, philosophie, épistémologie, sociologie, sciences du langage, histoire des mathématiques, didactiques professionnelles, mathématiques – est aussi vue comme importante, notamment pour la connaissance des environnements et conditions non didactiques des phénomènes didactiques, et partant, la délimitation et la définition des objets propres de la recherche en didactique des mathématiques.
L’Ecole d’Eté n'est pas conçue prioritairement comme un lieu d’initiation à la didactique des mathématiques, cependant elle est un lieu d’étude ouvert, ce qui permet à certains débutants particulièrement motivés de s’insérer dans les dispositifs qu’elle offre. Elle n’est pas non plus un organisme proposant des ingénieries d’enseignement, cependant, les participants qui exercent une fonction de formateur pourront y puiser des éléments pour développer des formations sous leur propre responsabilité.

Objectifs

L'école d'été se fixe comme but l'étude de questions et de problématiques de la didactique des mathématiques ; elle contribue à fonder et à interroger les programmes de recherche, les théories, les concepts et les méthodes de la didactique.
La 15e école d'été sera centrée sur un seul thème "En amont et en aval des ingénieries didactiques" abordé de façons multiples. Cette centration sur un même thème permettra aux participants de développer leur compréhension du thème par un travail d’approfondissement et de mutualiser leurs réflexions au sein de débats constructifs.

Thème de l'école : En amont et en aval des ingénieries didactiques

La didactique des mathématiques et les didactiques d’une façon plus générale se construisent dans une tension entre des élaborations a priori liés à des cadres théoriques et les réalités de l’enseignement d’une discipline. L’école d’été 15 se propose de visiter cette tension et ses différents modes de résolution au travers du thème de l’ingénierie didactique.
L’ingénierie didactique se caractérise par le lien fort et consubstantiel entre un cadre théorique et des productions dont les fonctions sont à la fois de servir de phénoménotechnique – « une phénoménotechnique par laquelle des phénomènes nouveaux sont, non pas simplement trouvés, mais construits de toutes pièces » (Bachelard) – de proposer des constructions dans la réalité du système didactique (à toutes les échelles temporelles : curriculum, séances, etc.) et d’analyser des composantes de cette réalité (institutionnelle, psychologique, culturelle, épistémologique, etc.). Selon les périodes et les écoles de pensée, ces différents aspects prennent plus ou moins le pas l’un sur l’autre. Aussi, le terme d’ingénierie didactique ne doit pas être entendu comme attaché à une théorie plutôt qu’une autre, elle se caractérise par l’existence nécessaire d’un lien avec un cadre théorique qui engendre l’ingénierie et qui est, en retour, transformé par celle-ci.
Certaines ingénieries diffusent vers le système d’enseignement, parfois à l’insu des auteurs, parfois de façon délibérée. Ceci pose la question de la transposition didactique de ces ingénieries. Ces phénomènes transpositifs conduisent le didacticien à s’intéresser aux conditions et contraintes qui prévalent à l’existence des systèmes didactiques et à leurs mises en œuvre effectives. Au-delà se pose la question politique, sociale et scientifique de la place et du rôle du didacticien dans la société et de son niveau d’implication comme acteur du système didactique qu’il se donne d’abord à étudier.

Voici quelques une des questions qui sont soumises à tous les intervenants :

  • Quels choix philosophiques, épistémologiques, psychologiques, souvent implicites, sous-tendent les ingénieries ?
  • Comment s’organisent les interactions entre le cadre théorique, l’ingénierie et l’expérimentation ?
  • Quelles sont les relations entre les mouvements curriculaires et les ingénieries ?
  • Comment l’élaboration des ingénieries didactiques au sein de votre cadre théorique prend-elle en charge l'activité du sujet, (l'élève, l'enseignant), les interactions (entre sujets ou entre le(s) sujet(s) et le milieu), le rapport à la contingence ?
  • Quels types de résultats sont issus ou sont à attendre de la conception, l’expérimentation, le développement des ingénieries (au niveau théorique ou au niveau des pratiques) ?
  • Les ingénieries sont-elles des objets théoriques, ont-elles vocation à être diffusées et si oui auprès de qui, dans quelles conditions ?
  • Quels sont les résultats issus de la diffusion des ingénieries ? 

 

Inscriptions sur le site de l'ARDM :

Pour les résidents en France : avant le 16 décembre 2008

Pour les résidents à l'étranger : avant le 16 novembre 2008

 

notice lgale contacter le webmaster