Retourner au contenu.

Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Educmath En débat Réforme des programmes de l'école primaire Forum Réaction du département de mathématiques de l'IUFM de Lyon

Post du forum : Réaction du département de mathématiques de l'IUFM de Lyon

Aller au niveau supérieur
Posté par aldon le 31/03/2008 16:40
Objet consultation sur le projet de programme de l’École primaire

 

Monsieur le Ministre,

Nous sommes des formateurs en mathématiques de l’Institut universitaire de formation des maîtres de l’académie de Lyon, professeurs des écoles, professeurs des collèges et des lycées, maîtres de conférences ou professeurs des universités.

Nous avons pris connaissance du projet de programme de l’école primaire publié au BO hors série n°0 du 20 février, ainsi que des documents qui l’accompagnent.

Nous avons compris votre volonté de publier des programmes clairs et concis « pouvant être lus par les parents d’élèves » qui ne sont pas tous formés à comprendre des documents destinés aux professeurs, et nous approuvons cette démarche.

Nous tenons cependant à vous communiquer notre sentiment sur le contenu et l’esprit de ce projet. Nous serons brefs car de grandes voix de la pédagogie et de la didactique se sont déjà exprimées, et que nous menons par ailleurs une analyse technique et détaillée de ce projet dans le cadre de nos activités de formation.

Nous contestons, pour les programmes de mathématiques, les appréciations que vous portez sur ce projet. Ces programmes ne sont ni plus précis, ni plus ambitieux que les programmes 2002. Ils sont plus ciblés sur des aspects restreints des mathématiques, essentiellement la technique opératoire de quatre opérations et la construction de figures géométriques. Quant à la pratique quotidienne du calcul mental, ce n’est pas une nouveauté ; elle est recommandée depuis longtemps par la plupart des formateurs, pour d’autres raisons que celles que vous citez.

Après cinq années de travail ciblé sur les techniques opératoires, des évaluations portant sur cette seule pratique seront certainement satisfaisantes et on ne manquera pas d’en faire état dans la presse. Mais, si le concept de nombre n’est pas construit, c’est lors des études en collège que les échecs en mathématiques seront plus nombreux, avec leurs conséquences sur la poursuite d’études scientifiques. De la même manière, si l’apprentissage de la géométrie est uniquement ciblé sur la construction de figures, et si le travail à partir des connaissances spatiales est omis, comme le laisse penser le nouvel intitulé du projet, il n’y aura pas de véritables apprentissages géométriques, et les études ultérieures de beaucoup d’élèves seront oblitérées.

D’une façon générale, la démarche qui va des connaissances d’abord à leurs applications ensuite est une démarche bien connue, facile à décrire et à expliquer, mais pas toujours facile à mettre en œuvre auprès de publics difficiles à motiver, et finalement peu productive.

En réponse à la consultation que vous organisez, nous demandons solennellement le retrait de ce projet de programme qui va à l’encontre des ambitions affichées. S’il était maintenu, cela engagerait votre responsabilité personnelle ainsi que celle des conseillers et des experts qui l’ont élaboré, en regard des conséquences désastreuses qui en résulteraient pour des millions d’élèves et pour leurs familles, pour trois cent mille professeurs des écoles ainsi que pour l’avenir de notre pays.

André GRAMAIN
responsable du département de mathématiques

Ce courrier, élaboré en commun, a reçu vingt-quatre signatures

 

notice lgale contacter le webmaster