Retourner au contenu.

Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Educmath Ressources Thèses Thèses récentes Wozniak
Actions sur le document

Wozniak

Dernière modification 30/04/2006 20:22

Floriane Wozniak, 2005, Conditions et contraintes de l’enseignement de la statistique en classe de seconde générale. Un repérage didactique.

Thèse soutenue le 26 novembre 2005 à l'Université Claude Bernard, Lyon 1.

 

Jury



Michèle ARTAUD Maître de conférences, IUFM d’Aix-Marseille, examinatrice
Marianna BOSCH Maître de conférences, Faculté d’Économie de l’Université R. Llull, Barcelone, Espagne, rapporteure
Yves CHEVALLARD Professeur, IUFM d’Aix-Marseille, directeur de thèse
Jean-Luc DORIER Professeur, IUFM de Lyon, président du jury
Thierry FACK Professeur, Université de Lyon 1, examinateur
Maggy SCHNEIDER Professeur, Université de Namur, Belgique, rapporteure

Mots clés

Théorie anthropologique du didactique (TAD), Didactique des mathématiques, Statistique, Enseignement général, Niveaux de détermination didactique.


Publications

Chevallard, Y., & Wozniak, F. (2005). Enseigner la statistique au secondaire. Entre genre prochain et différence spécifique. In Mercier, A. et Margolinas, C. (Eds), Balises pour la didactique des mathématiques. Grenoble : La pensée sauvage, pp. 195-218.


Résumé

Former les citoyens à la pensée de la variabilité et à la gestion de l’aléatoire est aujourd’hui une question socialement vive : nous montrons ici que les conditions d’enseignabilité de la statistique – regardée comme science de la variabilité – en classe de seconde constituent une question didactiquement vive. Lorsqu’un professeur de mathématiques conçoit et réalise la partie de son enseignement dévolue à la statistique, sous quelles contraintes doit-il opérer ? Pourquoi, bien qu’apparemment fort divers, les enseignements réellement observables semblent-ils réduire imparablement la statistique à une simple arithmétique ? Peut-on modifier ces contraintes pour rendre possible un enseignement qui soit plus authentique au plan épistémologique ? Qu’y peuvent les professeurs et leurs organisations professionnelles ? Telles sont les questions étudiées dans notre travail.

Dans cette perspective, notre recherche a visé à différencier et à coordonner les principaux types de conditions et de contraintes constitutifs de l’écologie scolaire des savoirs, depuis le niveau « civilisationnel » le plus large jusqu’au niveau le plus « pointu », celui des sujets d’étude abordés dans la classe.

Après avoir exploré l’histoire institutionnelle de l’enseignement de la statistique, nous avons étudié en détail les pratiques et conceptions scolaires en matière de statistique à partir d’un ensemble complet de matériaux : programmes d’enseignement, manuels scolaires et autres productions de la « noosphère », ouvrages de statistique de l’enseignement supérieur, comptes rendus d’expérimentations, enquêtes auprès des enseignants, observations de cahiers d’élèves. Nous avons ainsi clarifié les positions institutionnelles de la statistique par rapport aux mathématiques et aux autres disciplines et proposé un ensemble d’explications de certains faits didactiques essentiels, que notre travail de thèse a contribué à mettre au jour.
À l’aide des outils les plus récents de la théorie anthropologique du didactique, nous mettons notamment en évidence que l’indispensable reprise de la transposition didactique de la statistique doit être éclairée et guidée par une analyse d’ensemble de son enseignement comme « fait social total ».


Intitulé et adresse du laboratoire

UMR ADEF (Apprentissage, didactique, évaluation, formation), 60 rue Joliot-Curie, 13453 MARSEILLE CEDEX 13.


 

notice lgale contacter le webmaster